La famille est confrontée au handicap, à la maladie, au vieillissement

Quand les personnes perdent leur autonomie

La vie confronte les familles à toutes sortes de vulnérabilités : le vieillissement, la maladie, le handicap, la dépendance. Maintenir son parent à domicile ou le faire entrer dans un Ehpad, le mettre sous curatelle ou sous tutelle sont autant de décisions qui bouleversent l’ensemble de la famille. Chacun peut alors avoir une perception différente de la situation et des tensions peuvent apparaître ou resurgir. La médiation a toute sa place pour accompagner la famille dans une relation apaisée et des décisions adaptées.

Les données démographiques révèlent une évolution confrontant de plus en plus les familles au vieillissement et au handicap :
 
  • Selon les projections de population de l’INSEE, les personnes âgées de plus de 65 ans représentent une part croissante de la population, aujourd'hui à 20%. Ce déséquilibre entre les générations a de multiples conséquences sociétales
  • 4,3 millions de personnes, de 20 à 59 ans vivant à domicile ont une ou des limitations fonctionnelles ou une reconnaissance administrative de handicap, soit 14% de cette population (Caisse nationale de  solidarité pour l'autonomie, 2019)

La médiation familiale, pour préserver la qualité de vie

La médiation prend en compte les besoins de tous, personnes vulnérables, handicapées, âgées et  leur entourage familial. Les personnes vulnérables ont souvent besoin d’être reconnues dans leurs difficultés et respectées dans leur dignité et leur niveau d’autonomie.

L’entourage familial a besoin d’être entendu dans ses inquiétudes et dans ses propositions d’adaptation et d’intervention. La médiation familiale offre un lieu d’écoute et de parole ajusté à la singularité et la complexité de chaque situation. Elle permet à chacun de préserver son pouvoir de décision.
Image
Caf de paris Ville de paris Justice MSA

ANM

apmf