Déontologie

Les médiateurs de la Maison de la Médiation se sont engagés à appliquer :

  • pour l'activité de Médiation Familiale : le code de déontologie de l'APMF (Association pour la Médiation Familiale)
  • pour l'activité de Médiation hors du champ familial : le code de déontologie de l'ANM (Association Nationale des Médiateurs)

Code de déontologie de l'APMF

Quelques extraits :

Article 2 : Principes déontologiques

2-1 Neutralité : Est entendu par neutralité, la nécessité pour le médiateur familial de ne pas avoir de projet pour, ou à la place des personnes qui sollicitent la médiation familiale, et de laisser émerger le projet des personnes en toute liberté et responsabilité.

2-2 Impartialité : Est entendu par impartialité, la capacité pour le médiateur familial d'appréhender plusieurs points de vue sans prendre parti et de soutenir chacune des personnes dans un souci d’équilibre.

2-3 Indépendance : Est entendu par indépendance le fait de se dégager des pressions extérieures ou intérieures qui peuvent être exercées sur le médiateur familial et le dispositif. L’indépendance renvoie à l’autonomie et à la liberté du praticien et des personnes.

Article 5 : Confidentialité et secret professionnel

Le médiateur familial doit respecter et préserver la confidentialité des entretiens et de tout document produit dans le cadre du processus de médiation en matière familiale. Le médiateur ne peut être cité comme témoin.

Le texte complet se trouve ici

Code de déontologie de l'ANM

Quelques extraits :

Article 1 : Objet de la Médiation

La Médiation a pour but, par la présence et l'action d'un tiers indépendant (appelé "médiateur"), de prévenir et/ou de trouver une issue à un conflit entre deux ou plusieurs personnes (physiques ou morales) ou groupes, et plus généralement de promouvoir la création et/ou la restauration des liens entre les personnes et/ou les groupes.
Le médiateur n'a d'autre pouvoir que l'autorité que lui reconnaissent les personnes entrant en médiation (appelés "médieurs"), qui l'ont choisi ou reconnu librement.

Article 2 : Ethique et devoirs du médiateur

Indépendance : Le médiateur doit agir en toute indépendance vis à vis de toute autorité, institution ou personne, qu'elles soient ou non concernées, directement ou indirectement, par le cas qui lui est soumis.
Toutefois, le médiateur ne peut accepter une médiation qui irait à l'encontre des lois et des bonnes moeurs.
Confidentialité : Le médiateur est tenu au secret professionnel et a une totale confidentialité sur tout élément communiqué à l'occasion de la médiation. Ce secret professionnel est opposable notamment à l'employeur du médiateur salarié.
Le médiateur s'interdit de faire état du processus et des conclusions élaborées par les médieurs.

bibliographieEléments bibliographiques

  • PLANES G. et WEBER D. Le kit du médiateur - Médias et Médiations, 2017.

  • DE DINECHIN S. La médiation familiale - Eyrolles, 2015.

  • GUILLAUME-HOFNUNG M. La médiation - Que sais-je ?, 2015.

  • MORINEAU J. L'esprit de la médiation - Trajets ERES, 1998.

  • FIUTAK T. Le médiateur dans l'arène - ERES, 2014.

  • NEUBURGER R. On arrête ? ... On continue ? Faire son bilan de couple - Payot, 2004.

  • NEYRAND G. L'enfant face à la séparation de ses parents. Une solution, la résidence alternée - ed. Syros, coll. Alternatives Sociales, 1994.

  • DENIS C. La médiatrice et le conflit dans la famille - Eres, coll. Trajets, 2001.

  • LESSER H. Médiateurs et avocats - Ennemis ? Alliés ? - YvelinEditions, Coll. Médias et Médiations, 2014.